top of page
Plantes d'herbes

Votre cerveau, votre trésor. Comment le Rosmarinus officinalis augmente les fonctions cognitives et la résilience du corps. Pour davantage de discernement, de calme dans des situations délicates 🤍




Le romarin (Rosmarius officinalis) qui fleurit abondamment en ce moment même, paré de magnifiques fleurs violettes célébrées par les butineurs, est très apprécié en cuisine mais saviez vous que depuis l'Antiquité, il a été utilisé dans le cadre de rituels autour de l'amour, du mariage et de la mort, et même comme protecteur devant les maisons.

 

Ce n'est que depuis le Moyen-Age romarin a très spécifiquement attiré l'attention de Rudolf Steiner. Dans le cadre de la médecine anthroposophique, Wilhelm Pelikan, un botaniste, écrivain et herboriste prolifique, l'a placé au début de ses trois tomes "L'Homme et les Plantes Médicinales", en le choisissant comme représentant de la famille des lamiacées, une famille qui soutient la chaleur interne du corps et fortifie carrément le "moi". Pour rappel, le "moi" chez Rudolf Steiner est le centre de l'individualité humaine, le siège de la conscience de soi et de la volonté libre. Il est intimement lié au développement spirituel de l'individu et joue un rôle essentiel dans son cheminement vers la réalisation de soi et la compréhension du monde spirituel.

 

Wilhelm Pelikan développe cette idée plus en avant en notant, comme l'a fait avant lui le grand botaniste Paul-Victor Fournier, que l'utilisation des vertus curatives de la plante a explosé au Moyen Âge, correspondant historiquement à l'âge de "l'éveil de la conscience" chez l'être humain selon Steiner.


En effet, on constate que le romarin devient très populaire au XVIe siècle. Les célèbres fleurs printanières étaient l'ingrédient clé dans la célèbre "Eau de la Reine de Hongrie", nommée ainsi parce que la reine Isabelle, à l'âge de 72 ans, proclama que c'était un "moyen surnaturel pour rendre à tous la jeunesse et la beauté". Elle est également connue pour avoir communiqué avec enthousiasme à quel point cela l'avait guérie de rhumatismes douloureux et de la podagre.

 

Vertus médicinales : commençons par le plus important : le goût. Même si ce goût de romarin n'est pas apprécié de tous, il est dommage de ne pas écouter son appel. En effet, le romarin étant souvent utilisé en cuisine, certains rechignent à le consommer ou à l'utiliser quotidiennement en raison de son goût peu avenant.



Voici donc une proposition qui rencontre du succès autour de moi : en infusion froide, avec d'autres plantes adoucissantes et au goût agréable (racines de guimauve, mélisse, menthe...), et pourquoi pas, comme ici, en une célébration suprême, avec de la poudre de pétales de rose ?

L'importance accordée par Rudolf Steiner, Pelikan et la Reine Isabelle de Hongrie est désormais largement soutenue par la science.

 Infusion froide de romarin et de poudre de rose (sans pesticides rajoutées) Servi aux personnes en accompagnement.


Voici quelques-unes des propriétés médicinales du romarin (les références scientifiques fournies à la fin de cet article) :


  • Amélioration de la digestion : consommé avant ou entre les repas, le romarin réduit nettement les troubles digestifs tels que les ballonnements, les gaz et les indigestions. Il est souvent consommé sous forme de tisane, de thé froid ou incorporé dans les repas pour faciliter le processus digestif.

  • Propriétés antioxydantes : ses antioxydants, tels que l'acide rosmarinique et l'acide carnosique, aident à protéger les cellules du corps contre les dommages causés par les radicaux libres. Cette activité antioxydante peut contribuer à réduire l'inflammation et à diminuer le risque de maladies chroniques.

  • Amélioration de la mémoire et de la concentration : les bienfaits cognitifs sont comparables à ceux du Ginkgo ou de la Bacopa, et des études rapportent l'amélioration de la rétention de la mémoire et l'augmentation de la concentration. Depuis Hippocrate, on rapporte que des étudiants inhalent l'huile essentielle de romarin (à l'époque, par superstition ou par intuition) ou l'utilisent dans des mélanges d'aromathérapie pour favoriser la clarté mentale et la concentration. Cependant, il convient de rappeler que cette huile essentielle ne doit pas être utilisée à la légère et surtout pas en grandes quantités.

  • Effets anti-inflammatoires : comme l'a déclaré la Reine Isabelle de Hongrie, ses propriétés anti-inflammatoires peuvent aider à soulager les symptômes de troubles inflammatoires tels que divers rhumatismes, l'arthrite et l'asthme. Il peut également être bénéfique pour soulager les douleurs musculaires et les courbatures lorsqu'il est appliqué localement sous forme d'huile essentielle ou incorporé dans des huiles de massage et des baumes, ou encore utilisé dans un magnifique bain.

  • Propriétés antimicrobiennes et antibactériennes : ses composés présentent des effets antimicrobiens et antibactériens, ce qui en fait une plante utile pour lutter contre diverses infections. Il peut être appliqué localement sur de petites blessures ou utilisé comme ingrédient naturel dans des désinfectants et des nettoyants faits maison.

  • Soutien à la santé des cheveux et du cuir chevelu : couramment utilisé dans les produits capillaires en raison de sa capacité à favoriser la croissance des cheveux, à améliorer la santé du cuir chevelu et à prévenir les pellicules. Masser l'huile ou l'infusion de romarin sur le cuir chevelu afin de stimuler la circulation sanguine, nourrissant ainsi les cheveux et le cuir chevelu.

  • Propriétés pour transformer les cellules cancéreuses : récemment, il a été démontré que l'extrait de romarin présentait des caractéristiques de propriétés anticancéreuses - inhibant la croissance des cellules cancéreuses et réduisant la formation de tumeurs.

  • Soin pour diabètes : Rudolf Steiner, avec la doctoresse Dr Ita Wegman, suggère le romarin sous plusieurs formes dans une lettre intitulée « Course for Young Doctors, GA 316 »

 

Ces infusions et autres préparations se doivent bien entendu - et qu'on se le dise davantage, le journal "Le Temps" ayant (enfin) publié un article éclairant et essentiel sur l'eau en Suisse (voir ci-dessous) - être préparées avec une eau correctement filtrée, sans pesticides, fongicides, autres « cides » ou hormones. L’entreprise que je recommande vivement en Suisse, et ce après plus de 15 ans de recherches et de tests sur le sujet tant au niveau scientifique/qualité qu'au niveau prix : Swissaquafilter.ch (avec le code Oria, vous bénéficiez de 10 % de réduction).



A une santé résiliente, vivifiante et même... joyeuse - à tout âge, en direct de petiteheboristerie.ch



Erika Scheidegger Gardet

Herboriste et thérapeute accréditée ASCA

Tea Time & Mini Boutique, les vendredis entre 13 et 18h

Ateliers "Pharmacie naturelle autour de nous" reviennent bientôt

Promenades douces herborisantes: infos ici




Vevey, mars 2024


Les plantes nous aident TANT avec le discernement et pour apaiser la peur (souvent grossie.)

Les plantes soignantes nous aident pour revenir à des actions constructives pour soi, sa famille, sa communauté.


🤍


Références:


  • Fournier, Paul Victor, "Dictionnaire des Plantes Médicinales et Vénéneuses de France" (édition Omnibus)

  • Goethe, "La Métamorphose des Plantes" (éditions Triades)

  • Grohmann, "La Plante" (éditions Triades)

  • Pelikan, Wilhelm, "L'Homme et les Plantes Médicinales", 3 tomes (éditions Triades)

  • Divers articles issus du magnifique The Rudolf Steiner Archive : a project of Steiner Online Library, a public charity Discussions with Teachers GA 295 Discussion Eleven, 2 September 1919, Stuttgart The Rudolf Steiner Archive : a project of Steiner Online Library, a public charity

  • Pérez-Sánchez, A., Barrajón-Catalán, E., Ruiz-Torres, V. et al. Rosemary (Rosmarinus officinalis) extract causes ROS-induced necrotic cell death and inhibits tumor growth in vivo. Sci Rep 9, 808 (2019). https://doi.org/10.1038/s41598-018-37173-7

  • LE TEMPS : La Suisse en retard dans la limitation des PFAS (4 décembre 2023) > ) https://www.letemps.ch/opinions/face-aux-pfas-ces-eternels-polluants-la-suisse-doit-agir) Le Temps s'inquiète que les autorités suisses n'aient toujours pas fixé de normes concernant les PFAS, notamment pour ce qui concerne l'eau et la nourriture. Le quotidien romand consacre par ailleurs un dossier complet aux PFAS en Suisse. D’autres articles éclairants sur le sujet sur le site de SwissAquaFilter.ch

  • "The Spirit in the Realm of Plants" GA 60: ‘Der Geist im Pflanzenreich,’ in Antworten der Geisteswissenschaft auf die Grossen Fragen des Daseins. 8 décembre 1910, Berlin

  • "Discussions with Teachers" GA 295 Discussion Eleven, 2 septembre 1919, Stuttgart Course for Young Doctors GA 316: https://rsarchive.org/Lectures/YoungDoctors/YngDoc_appendix.html

  • Le Temps : "La Suisse en Retard dans la Limitation des PFAS" (4 décembre 2023) > Le Temps s'inquiète que les autorités suisses n'aient toujours pas fixé de normes concernant les PFAS, notamment pour ce qui concerne l'eau et la nourriture. Le quotidien romand consacre par ailleurs un dossier complet aux PFAS en Suisse. D’autres articles éclairants sur le sujet sur le site de SwissAquaFilter.ch

  • Veenstra JP, Johnson JJ. Rosemary (Salvia rosmarinus): Health-promoting benefits and food preservative properties. Int J Nutr. 2021;6(4):1-10. Epub 2021 Jun 24. PMID: 34651071; PMCID: PMC8513767.

62 vues0 commentaire

Commentaires

Noté 0 étoile sur 5.
Pas encore de note

Ajouter une note
bottom of page