top of page
Plantes d'herbes

Les plantes soignantes et les femmes... et les graines de fenouil - quand les nuages menacent.


Depuis des millénaires, les plantes médicinales ont été parmi les compagnons les plus fiables et les plus utilisés dans la médecine familiale et communautaire. Les transmissions de savoirs intergénérationnelles, en particulier entre femmes, étaient monnaie courante. Bien que souvent les hommes aient soutenu cette transmission en relayant ou en s'appropriant ces connaissances, il est important de reconnaître que dans le passé, l'écriture était rarement accessible aux femmes.


Nous sommes tous dotés de sphères intuitives féminines, et les hommes aussi les

développent, et comprennent que toutes les plantes médicinales ne sont pas sécuritaires. Il est évident qu’il est essentiel de ne pas les cueillir au hasard, que ce soit au bord de champs remplis de pesticides ou sur des sentiers forestiers parcourus par les animaux. Ce discernement, acquis au fil des millénaires, est une compétence particulièrement importante pour les femmes enceintes ou les parents de jeunes enfants, tout particulièrement sensibles à ne pas mettre en péril leur descendance.



Le cas des graines de fenouil, et de la conclusion de l’Agence européenne des médicaments (AEM) en mai 2023


Depuis des temps immémoriaux, le fenouil amer a été utilisé comme remède, remontant jusqu'à la Grèce antique avec les écrits précieux de Dioscoride dans son ouvrage "De Materia Medica". Dans cette œuvre fondatrice, il consigne les vertus médicinales du fenouil, soulignant notamment ses propriétés diurétiques, carminatives et galactogènes. Dioscoride reconnaît le pouvoir du fenouil pour soulager divers maux digestifs, tels que les ballonnements, les flatulences et les douleurs abdominales, en le préconisant également comme un stimulant de la lactation pour les femmes allaitantes.


Une plante médicinale qui est une si belle alliée pour les familles!


Les enseignements de Dioscoride ont durablement ancré le fenouil dans la pharmacopée traditionnelle, en lui conférant une réputation de plante médicinale importante, dont l'utilisation perdure dans certaines pratiques médicinales à base de plantes.


En mai 2023 l'Agence européenne des médicaments (EMA) a pour sa part, présenté une évaluation actualisée des médicaments contenant la substance individuelle estragole. Notons bien « Substance individuelle. » En effet, cet actif qui se retrouve également dans les graines de fenouil amer se trouve également en faible dose dans une trentaine d’autres plantes et de nombreux légumes. Comme l’analyse la sage-femme et herboriste Ingeborg Stadelmann :

« L'EMA donne des lignes directrices pour la prise d'estragole pour les adultes et les enfants, qui ne doivent pas être dépassées par jour si possible. Cependant, l'EMA et l'Institut fédéral pour l'évaluation des risques (BfR) classent comme inoffensive la consommation d'estragole provenant d'aliments tels que les épices et les thés. Considéré isolément, l’estragole est considéré comme une substance toxique (causant le cancer du foie). Cela a été prouvé lors d’expérimentations animales en donnant à des souris des doses extrêmement élevées (!) d’estragole. Cependant, l’organisme humain n’est pas confronté à cette substance individuelle, surtout à des doses aussi excessivement élevées. »


Il est essentiel de reconnaître que notre métabolisme humain est équipé pour gérer de petites quantités d'estragole. En d'autres termes, cette capacité est une preuve de l'adaptabilité de notre organisme à divers éléments présents dans notre environnement. Les expérimentations animales, qui souvent utilisent des doses excessives de substances isolées, ne devraient pas monopoliser autant l'attention. Il est temps de changer de perspective : plutôt que de susciter la peur, concentrons-nous sur le soutien aux femmes enceintes en leur fournissant des informations équilibrées et en les encourageant à adopter une alimentation naturelle et saine.


La sage-femme et herboriste Ingeborg Stadelmann soulève avec pertinence que, malgré le manque de données fiables, l'EMA impose des restrictions sur l'utilisation des médicaments contenant du fenouil et de l'estragole. Cela soulève des questions sur la balance entre la prudence nécessaire et la surprotection, mettant en lumière la nécessité d'une approche plus nuancée et éclairée dans la régulation des substances naturelles comme l'estragole.



Mes propres conclusions :


- Il est fortement déconseillé de boire à gorge déployé (!) les huiles essentielles de fenouil doux (Foeniculum vulgaris sub. vulg. var dulce), de basilic et d’estragon, étant donné leur concentration en estragole. Cette molécule, en excès, peut avoir des effets néfastes sur la santé, tant chez les rongeurs de laboratoire que sur nos propres foies. Il est donc judicieux d'éviter de consommer toute huile essentielle en grande quantité, une mesure de prudence qui vaut la peine d'être rappelée.


- Pour ce qui est du thé à base de fenouil, il est important de privilégier les graines de fenouil amer (Foeniculum vulgaris sub. vulg. var vulgare), qui sont traditionnellement utilisées. Les herboristes du monde entier reconnaissent des doses sûres pour les bébés, comme un quart de cuillère à café de graines de fenouil fraîchement broyées pour 150 ml d'eau. Il est à noter que les nourrissons et les enfants ont souvent une aversion naturelle pour les saveurs amères (les parents le savent bien, l’ingéniosité et le travail important nécessaire pour incorporer des légumes dans leurs assiettes – et on attend avec joie les restaurants qui s’attelleront à proposer des menus adéquats pour les familles), et il convient donc de doser la tisane en conséquence, généralement une cuillère à soupe avant les repas pour prévenir les coliques. Les analyses effectuées par les laboratoires de la droguerie d'Ingeborg Stadelmann ont révélé des niveaux très faibles et inoffensifs d'estragole dans les thés à base de fenouil, ce qui conforte leur sécurité pour la consommation.


Et si, finalement, ce malentendu - relayé par quelques instances médicales - était une opportunité pour découvrir toutes les plantes galactogènes et élargir nos horizons en matière de nutrition ? Ces plantes offrent non seulement des bienfaits pour la lactation, mais elles nourrissent et soutiennent également les tissus, les cœurs et les corps des enfants et des mères, provenant de notre terre mère qui aime tant donner :

• Le fenouil en graines (Foeniculum vulgare)

• L’ortie

• Le fenugrec (Trigonella foenum-graecum)

• La verveine (Verbena officinalis) – très amère !

• Le carvi (Carum carvi)

• Le galéga (Galega officinalis)

• Les germes de luzerne

• Le chardon béni

• L’anis vert (Pimpinella anisum)

• Le gingembre


Il est également important de rappeler que les massages sur les ventres des nourrissons avec de l’huile de fenouil doux sont inoffensifs et contiennent un taux d’estragole avoisinant moins de 0 pourcent. Cependant, veillez à les mélanger à de l’huile végétale, en utilisant seulement une ou deux gouttes, car une toute toute toute petite quantité suffit amplement.


Quant aux mères allaitantes, elles peuvent savourer du pesto de basilic ou une belle sauce à l’estragon sans aucun souci. Toutefois, assurez-vous que ces plantes ne sont pas traitées avec des pesticides et que vos préparations sont réalisées avec de l'eau propre, exempte d'hormones ou d'autres substances inutiles et néfastes pour le corps et les bébé. Il est essentiel que vos infusions et autres préparations soient faites avec de l'eau correctement filtrée, sans pesticides ni fongicides. Pour ce faire, je recommande vivement l'entreprise suisse Swissaquafilter.ch, qui, après plus de 15 ans de recherches et de tests, propose des solutions de filtration de qualité supérieure à des prix abordables. En utilisant le code Oria, vous bénéficiez même d'une réduction de 10 %.


A une santé résiliente et vivifiante


Erika Scheidegger Gardet

Herboriste et thérapeute accréditée ASCA


Tea Time & Mini Boutique, les vendredis entre 13 et 18h

Prochains ateliers au Chemin de Sur-le-Beau, 19 à Genève:

Les remèdes gratuits, avec petite restauration en lien avec les plantes du jour.

Faire plus avec moins.

Pour être tenu au courant des dates, s’inscrire à la newsletter,

en bas de la page d’accueil de petiteherboristerie.ch


Sources principales:

• LE TEMPS : La Suisse en retard dans la limitation des PFAS (4 décembre 2023) > ) https://www.letemps.ch/opinions/face-aux-pfas-ces-eternels-polluants-la-suisse-doit-agir) Le Temps s'inquiète que les autorités suisses n'aient toujours pas fixé de normes concernant les PFAS, notamment pour ce qui concerne l'eau et la nourriture. Le quotidien romand consacre par ailleurs un dossier complet aux PFAS en Suisse. D’autres articles éclairants sur le sujet sur le site de SwissAquaFilter.ch

• Prise de position sur les conclusions de l’EMS d’Ingebord Stadelmann, sur le site: https://www.stadelmann-verlag.de/portrait-ingeborg-stadelmann.html

• Fournier, Paul-Victor. Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses, ed Omnibus.



78 vues0 commentaire

Comments

Rated 0 out of 5 stars.
No ratings yet

Add a rating
bottom of page